Road trip dans les Cantons : parcours souterrain, vélo tandem... et poutine!

Publié le 10 juin 2021

Des lacs majestueux, des rivières sinueuses bordées de pistes cyclables et des attraits sous terre, la région de Memphrémagog possède tous les ingrédients de base pour un week-end familial relevé.

Par Simon Diotte

Le malheur des uns fait le bonheur des autres. De 1860 à 1865, la guerre de Sécession fait rage aux États-Unis. Les Yankees ont besoin de matières premières afin de poursuivre le combat. C’est ainsi que commence l’exploitation de mines de cuivre à la confluence des rivières Massawippi et Coaticook en 1863.

On découvre cette épopée en visitant la mine Capelton, un site touristique qui nous plonge dans des galeries souterraines qui ont été creusées au pic et à la pelle au 19e siècle. Un travail tellement difficile qu’au début des activités minières, aucun Canadien français ne voulait y travailler. « Seuls les immigrants polonais et ukrainiens, qui sont des mineurs de génération de génération, acceptaient de descendre sous terre », raconte notre guide Geneviève Vallières.

Exploitée jusqu’à 1907 et ouverte au public depuis 1995, la mine Capelton est la plus vieille mine de cuivre au Canada. Sa visite, d’une durée d’à peu près 2 h, a fait l’unanimité dans la famille. Instructive, divertissante et rafraîchissante, car le mercure sous le plancher des vaches demeure en tout temps aux alentours de 10 degrés, canicule ou pas.

« J’ai adoré cette visite terrain qui nous fait comprendre la réalité d’une autre époque », dit ma conjointe Irène, charmée par cette expérience. Dire qu’ailleurs dans le monde, on creuse encore des tunnels avec les moyens du bord. Quant à ma fille Romane, 13 ans, elle a ressenti dans les entrailles de la terre une ambiance à la Harry Potter. Je dois la croire sur parole, moi qui ne connais rien à cet univers. Honte à moi!

Explorer North Hatley et ses environs

Le hameau de Capelton se trouve à une quinzaine de minutes du pittoresque village de North Hatley, qui a été notre pied à terre pendant deux nuits. À partir de notre chambre impeccable à l’auberge La Chocolatière, nous avons exploré les environs de la région de Memphrémagog comme jamais. Un coin de pays qui mélange grande nature, décor champêtre et multitude de services, comme un généreux choix d’hébergement et des restaurants en tout genre. Difficile de ne pas trouver de quoi s’amuser.

Un week-end fait de courtes marches villageoises, de pique-nique en masse – pas le choix, les salles à manger des restaurants n’étaient pas encore ouvertes- et de moment de lecture pour les femmes de ma vie, c’est-à-dire la maman Irène et mes filles Romane et Marion, 10 ans.

Pour ma part, j’ai troqué les livres pour les espadrilles de course à chaque instant de liberté, car je n’ai pas souvent l’occasion de courir dans des tunnels verdoyants, en bordure de rivière. Et j’ai un marathon dans la mire.

Quel bonheur de cheminer au bon rythme sur la véloroute des Grandes-Fourches, suivant le cours de la Massawippi ou encore sur le sentier nature Tomifobia, en bordure du cours d’eau du même nom. Tout en suant à grosses gouttes, je me suis demandé avec incrédulité pourquoi je n’avais jamais foulé ces pistes avant ce week-end. Un scandale! Je trépigne d’impatience d’y retourner.

Vélo zen au bord de la Magog

Si la course à pied ne suscite pas l’engouement de ma progéniture, pour le vélo, c’est tout le contraire. Mes filles sont des cyclistes dans l’âme. Le centre de location Vie de Plein Air, au cœur de Magog, à une demi-heure de North Hatley, nous attendait afin de nous prêter trois vélos, incluant un tandem. J’admets : j’avais peu espoir de trouver un parcours enlevant directement à Magog. Comme d’habitude, diront mes enfants, j’ai eu tort.

À la porte de Vie Plein Air circule la piste La Montagnarde, longue de 57 km. Direction parc national du Mont-Orford, ça grimpe sans arrêt. Pas vraiment une option pour notre week-end en mode relaxation. Dans l’autre direction, La Montagnarde suit la rivière Magog dans un parcours faiblement pentu. Parfait pour nous!

Dans le premier kilomètre, c’est une joyeuse course à obstacles entre les badauds qui se promènent au très populaire parc de la Pointe-Merry, un bout de terre qui s’enfonce dans le lac Memphrémagog.

Tout de suite après, nous fuyons les foules et nous ne quitterons plus la rivière Magog. Nous avons fait 15 km aller-retour jusqu’à l’autoroute 55. « C’était chouette les points de vue sur la rivière et j’ai adoré le vélo tandem », relate ma fille de 10 ans. Peut-être parce qu’elle n’avait pas à pédaler en duo! Cette balade nous a ouvert l’appétit. Vite, rendez-vous sur la rue Principale pour la récompense poutine! 

Les charmes de Magog

Je n’avais pas mis les pieds dans le centre de Magog depuis des lustres et elle a changé en mieux. Larges trottoirs, cafés à profusion, surabondance de crèmeries et places à poutine : tout y est pour me rendre heureux! Attention, à trop fréquenter les lieux, il y a danger de surcharge pondérale!

En déambulant dans Magog, nous sommes tombés par hasard sur la Maison Merry, qui date de 1821, la plus vieille habitation de Magog, qui est maintenant un chouette musée. Son exposition raconte l’apport important de la famille Merry sur le développement de la municipalité.

Les jardins de cette maison sont accessibles au public sans frais. C’est tout à fait charmant. La vue sur la rivière Magog et la pointe Merry est splendide. Un bel endroit pour relaxer et digérer la poutine.

La prochaine fois que je viens dans le coin…

  • Je veux faire une escapade maritime sur Le Grand Cru et découvrir la beauté disséminée sur les rives du Memphrémagog.

  • Je veux refaire une promenade en planche à pagaie dans les eaux du marais de la rivière aux Cerises, en louant une embarcation à Vie de Plein Air Je l’ai déjà fait à plusieurs reprises, mais c’est le genre de trucs qu’on refait sans se lasser.

  • Je veux me promener sur le sentier Massawippi de Sainte-Catherine-de-Hatley, un réseau de quelques kilomètres en forêt dont on me dit le plus grand bien.

  • Je veux canoter sur le lac Massawippi. La location d’embarcations se fait à la marina de North Hatley.

  • Je veux courir ou pédaler à nouveau sur les pistes Tomifobia et des Grandes Fourches.

  • Je veux découvrir les sentiers du Parc Missisquoi-Nord secteur Eastman.

Simon Diotte

Journaliste indépendant et rédacteur en chef de Géo Plein Air, Simon Diotte est passionné de nature et de plein air. Ses sports de prédilection : le canot, le kayak, la randonnée pédestre et le ski de fond. S’il adore les défis sportifs, il aime aussi profiter des grands espaces en famille avec ses deux filles.
Géo Plein air

À découvrir À proximité...

Planche à pagaie au marais: journée exceptionnelle!
Memphrémagog, des incontournables à voir
Trouvez l'offre spéciale parfaite pour vous

Articles recommandés

X

Filtres de recherche

X
Expériences gourmandes
Art, culture et patrimoine
Magasinage
Hébergement
Nature, sport et plein air
Restaurants
Routes touristiques
Sorties en famille
Spa et détente