Vélo

Granby-Waterloo-parc de la Yamaska : art, nature et vélo

Publié le 25 juin 2020

Rares sont les parcours qui permettent de conjuguer art, nature et cyclotourisme. En voici un: la Boucle culturelle Artria que je prends plaisir à pédaler régulièrement depuis que j’ai concrétisé mon rêve de vivre dans les Cantons-de-l’Est. Partons ensemble à la découverte –ou redécouverte- de ce trajet de 56 km sans grand dénivelé, donc facile, qui relie Granby, Waterloo et le parc national de la Yamaska.

Quiconque a la moindre sensibilité pour les arts sera séduit par la soixantaine d’œuvres d’art géantes –j’insiste sur géantes- que l’on retrouve principalement à Granby et Waterloo et qui enjolivent aussi certaines haltes sur la piste cyclable l’Estriade. Artria se révèle le résultat de symposiums internationaux de sculpture monumentale qu’on continue de garder vivants. Brillante initiative! En fait, on a là un musée à ciel ouvert qui nous permet d’apprécier le savoir-faire et la créativité d’une quarantaine d’artistes provenant de 17 pays.

À Waterloo, certifiée bronze du Mouvement Vélosympathique, les statues nichent dans un cadre enchanteur qui m’éblouit chaque fois, aux abords de la rivière Yamaska. La création d'ambiance de ce parc – véritable havre de paix – et les aménagements d’horticulture ornementale s’avèrent exceptionnels. Et la musique harmonieuse projetée des haut-parleurs ajoute à la symphonie des sens. Envie d’un pique-nique? J’y ai même déjà fait la sieste…

Rouler sur un ancien chemin de fer…

Enfourchez vos bécanes, allons-y! Au départ de Granby, à proximité de la fontaine du lac Boivin, j’aime bien l’affiche qui recense d’un côté le nombre de marcheurs depuis le début de l’année et du mois, de l’autre le nombre de cyclistes. Au fil des 22 kilomètres asphaltés qui séparent Granby de Waterloo, on progresse sur une ancienne emprise ferroviaire souvent très ombragée. Du bureau d’information touristique de Waterloo, il faut emprunter la rue Foster (route 112) sur quelques centaines de mètres puis tourner à droite sur Allen afin de rejoindre la Campagnarde, laquelle est en poussière de roche ou en terre battue selon les segments. Le faux plat descendant permet de rouler gaiement. Des bouquets de fougères tapissent les bas-côtés et la forêt dense qui se referme au-dessus de nos têtes nous rafraîchit les jours de grande chaleur.

Le parc national de Yamaska : la nature à son meilleur

Une dizaine de kilomètres plus loin, on entre dans le parc national de la Yamaska ehttps://www.sepaq.com/pq/yam/index.dot?language_id=2t une véritable partie de plaisir s’amorce! Je navigue dans le bonheur dans ce secteur non asphalté, tortueux, vallonné, sillonnant à travers la forêt et dansant avec la Yamaska Nord. Le spectacle de la nature à son meilleur! Et toutes sortes d’arômes viennent titiller nos narines. À plusieurs endroits, des tables de pique-nique permettent de prendre un répit et même de s’offrir un bain de pied dans le cours d’eau très calme. J’apprécie les panneaux d’interprétation qui nous renseignent sur les grandes lignes du projet de conversation des écosystèmes de la Haute-Yamaska. Fait à noter, tant que vous demeurez sur la piste cyclable, que vous n’allez pas à la plage ou dans les aires de camping, la SEPAQ n’exige aucun frais d’accès aux cyclotouristes.

Puis, on parvient au réservoir Choinière, son barrage et sa digue. Le temps de siffloter, chanter, ressasser les souvenirs de notre agréable randonnée, nous revoici au lac Boivin et aux œuvres Artria de Granby au terme de 56 km tout en douceur. Vous voyez aussi que vous n’avez pas à vous démener comme une souris dans une ruche avec l’itinéraire ou les cartes. C’est simple : Estriade, Campagnarde, parc de la Yamaska. À peine 300 mètres dans la rue, tout le reste est en piste cyclable.

Si j’ai piqué votre curiosité, j’en suis très heureux. Mais, sachez qu’il n’y a rien comme conjuguer arts, nature et vélo au temps présent plutôt qu’au conditionnel. Passez à l’action et faites-moi part de vos commentaires!

Cet itinéraire fait partie de CARTHY, la Corporation d’aménagement récréotouristique de la Haute-Yamaska, qui est engagée dans une vaste consultation et études des modèles par excellence de réseaux cyclables sur la planète. Des sondages sont aussi en cours. Cela devrait déboucher sur une revalorisation du réseau et de ses attraits dans les prochaines années.

Yvan Martineau

Yvan Martineau est chroniqueur « tourisme et plein air » au Cogeco 98,5fm. Il est aussi reporter aux Grands prix cyclistes à TVA Sports et porte-parole du Salon du vélo de Montréal. Il a animé les séries-télé La France à vélo et L'Amérique à vélo (Canal Évasion), ainsi que Culture Vélo (TVA).
Visitez le ste web d'Yvan

Partagez

0 commentaires

Laissez un message

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Articles recommandés

#cantonsdelest

X

Filtres de recherche

X
Expériences gourmandes
Art, culture et patrimoine
Magasinage
Hébergement
Nature, sport et plein air
Restaurants
Routes touristiques
Sorties en famille
Spa et détente