Nature, sports et plein air

Mon défi du mont Gosford

Publié le 15 juillet 2019

Mont Gosford

Conquérir deux sommets de plus de 1100 m en une seule journée. Voilà le défi que je me suis lancé en m’aventurant au mont Gosford. Près de 18 km de marche et un dénivelé positif de 1100 m m’attendaient. Pas mal pour ma première « vraie » rando cette année!

Par Simon Diotte

J’en suis à ma troisième visite au mont Gosford, le plus haut sommet du Québec méridional avec ses 1193 m d’altitude, qui se situe dans la municipalité de Saint-Augustin-de-Woburn. Je l’ai conquis auparavant, aller-retour, en raquettes et en bottes de randonnée. Cette fois-ci, j’en veux plus. J’ai dans ma mire sa reconquête, mais aussi celle de Cap-Frontière, élévation à 1150 m d’altitude qui se situe à pile-poil sur la frontière canado-américaine. Une excursion en boucle de près de 18 km.

À l’accueil, Jonathan me met en garde : « Ce trajet prend au moins 7 h de rando pour les gens en bonne condition physique ». Hum, suis-je vraiment en forme, moi qui pianote sur un clavier à longueur de semaine? Le doute s’installe en moi, mais pas question de renoncer à mon objectif. De nombreuses boucles en chemin me donnent plusieurs options de sortie. Bref, je ne risque rien.

Seul au monde

Après une nuit de sommeil au refuge Le Castor, j’arrive au stationnement jouxtant le pavillon Rose-Délima, exactement au lever du soleil, à 4 h 58. Le défi commence dans un sentier assez large et rocailleux. Les ruisseaux gorgés d’eau par les averses de la veille émettent un bruit de tonnerre. Cette bande sonore nettoie mes oreilles de la cacophonie urbaine. En grimpant, une brume épaisse envahit la forêt et filtre les rayons du soleil. Je me pince tellement c’est beau. Je ne regrette pas une seconde d’avoir grugé dans mes heures de sommeil.

En moins de deux heures, je suis déjà presque au sommet. Très fier de mon exploit matinal, je décide de texter ma petite famille restée à Montréal. Pendant que je « m’égo-portraitise » sur la piste, je loupe l’intersection qui mène vers le sommet. Puis dans un état euphorique, je cours sur le sentier numéro 6, qui me ramène vers le refuge Le Castor, croyant atteindre le sommet. Le temps que je réalise ma bêtise, j’ai parcouru un kilomètre en mode descente. Il me faut une heure de montée pour revenir sur mes pas. Morale de l’histoire : le cellulaire n’est pas seulement distractif sur la route!

À 7 h 30, je foule finalement le point culminant des Cantons-de-l’Est où se dresse une tour exposée aux quatre vents. J’embrasse du regard toute la région. Au nord se trouvent le mont Mégantic et le lac du même nom. Au sud, les montagnes du New Hampshire et du Maine. La merveille derrière la cravate, je mets le cap sur le Cap-Frontière. Pour y accéder, je dois redescendre dans la vallée du ruisseau Clearwater en passant par le Petit-Gosford, puis remonter vers la frontière, qui suit la ligne de partage des eaux.

L’ascension du Cap-Frontière, c’est la montée du calvaire. Ça grimpe sans relâche. Une récompense m’attend toutefois sur cette élévation perchée à 1150 m : les vues sur les montagnes du Maine qu’offre la forêt dégagée sur la frontière. Ébahi, j’en suis à la moitié de mon défi et il est 9 h 30. C’est la pause lunch.

Puis, c’est l’heure d’entreprendre le chemin du retour par le sentier numéro 7, qui arpente la frontière sur près de 2 km avant de plonger dans la vallée du ruisseau Clearwater. Pour le sprint final, je dois remonter le mont Gosford, puis redescendre vers mon stationnement.

À 13 h 30, je boucle enfin la boucle, tout juste après avoir croisé mes premiers randonneurs de la journée. Je complète mon défi de 20 km (j’ai fait un extra de 2 km pour cause de distraction cellulaire) en 8 h 30 de rando (incluant des pauses). J’ai les jambes fatiguées, mais je suis le plus heureux des hommes. À quand ma prochaine visite?

Simon Diotte

Journaliste indépendant et rédacteur en chef de Géo Plein Air, Simon Diotte est passionné de nature et de plein air. Ses sports de prédilection : le canot, le kayak, la randonnée pédestre et le ski de fond. S’il adore les défis sportifs, il aime aussi profiter des grands espaces en famille avec ses deux filles.
Géo Plein Air

Partagez

2 commentaires

André Blais
2019-08-09 10:15:30
Merci Simon pour ce nouvel article sur notre région!
Quelques nouvelles pour te mettre l'eau à la bouche pour tes prochaines sorties dans les montagnes frontalières: https://www.calameo.com/read/0009021709992b8bc7382
Michel Bissonnette
2019-08-01 20:36:48
Très beau texte qui donne le goût de faire la randonnée. J'y pensais justement pour le mois d'août.
18 km c'est ok pour moi qui reviens d'un voyage en Espagne pour marcher la côte de la Galice. Un beau 700km et 11,000M en dénivelé total. Le tout en 33 jours.
Mais si je comprends bien, tu as fait trois monté et non deux! Car pour le retour tu devais remonté le Mont Gosford. Ça me semble très beau à faire et je crois bien que je vais l'essayer.
Merci pour cette belle information.

Laissez un message

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Articles recommandés

30 lieux sensationnels pour admirer les couleurs
Cinq excellentes raisons de venir dans les Cantons à l’automne
Où amorcer sa saison vélo? Nos suggestions.

#cantonsdelest

X

Filtres de recherche

X
Expériences gourmandes
Art, culture et patrimoine
Magasinage
Hébergement
Nature, sport et plein air
Restaurants
Routes touristiques
Sorties en famille
Spa et détente