Courir avec son chien dans les Cantons

Publié le 21 juin 2022

Êtes-vous tanné de jouer à la baballe avec votre chien? Pourquoi ne pas essayer le canicross, la course en tandem avec pitou, une discipline qui gagne en popularité. Une autre manière de découvrir les sentiers des Cantons-de-l’Est.

Par Simon Diotte

Il y a 12 ans, Geneviève Baril a un problème. Luna, sa chienne de race husky, déborde d’énergie. Tellement que l’amie poilue ne répond pas aux commandes de sa maîtresse. « Je cherchais une manière de gérer son impétuosité et, étant déjà coureuse, j’ai opté pour le canicross. Instantanément, Luna a adoré cela », raconte cette Bromontoise de 41 ans.

À l’époque, le canicross, ce sport où le coureur se fait tracter par son chien, demeure méconnu au Québec. « On était deux ou trois personnes à en faire au Québec », se remémore Geneviève Baril. Les équipements spécialisés, qui comprennent harnais de traction pour chien, ceinture pour les humains et longe souple et extensible, provenaient surtout d’Europe.

Un lien privilégié avec son animal…

Afin de faire connaître ce sport, Geneviève Baril fonde Sirius Sport Canon, entreprise ayant pignon sur rue à Bromont. En plus de fournir des cours de dressage, Sirius fait de la formation sur les sports attelés, qui comprennent le canicross, le bikejoring (avec un vélo) et le skijoring (en ski de fond), sous forme de cours privés, d’ateliers dirigés et de sorties en groupe.

La beauté des sports canins, c’est qu’ils se pratiquent avec n’importe quelle race de chien. « Un petit chien tirera moins fort, mais le sentiment de communion avec son partenaire canin sera le même », dit Geneviève Baril, qui a participé au tournant du mois d’avril aux championnats du monde de canicross qui se déroulaient à Plédran, en France, en compagnie de son greyster dénommé Miles. Le duo a terminé 5e dans sa catégorie.

En plus de développer une relation symbiotique avec son chien, la pratique du canicross permet d’atteindre des vitesses inatteignables en solo. « On court de 20 à 25 % plus vite avec un chien. Avec une race performante, ça devient presque un sport extrême, avec des vitesses de 20 à 25 km/h », dit la canicoureuse.


Les coups de coeur de Geneviève

Où faire du canicross? Dans tous les sentiers qui acceptent le meilleur ami de l’homme. « Bromont est un paradis des sports canins, car les chiens sont acceptés presque partout, sauf dans le réseau du Lac Gale pour des raisons de conservation », dit-elle.

Son coup de cœur local va au réseau du mont Oak. « Les pistes ne sont pas trop pentues et pas trop techniques. C’est vraiment une belle place pour commencer », dit-elle. Pour du dénivelé, elle se rend au Parc des Sommets afin de partir à la conquête des monts Bernard et Horizon, qui se situent sur les rebords du mont Brome.

Lorsqu’elle veut changer d’air, Geneviève part avec l’un de ses six chiens au parc national de la Yamaska, où la coureuse apprécie énormément La Forestière, une boucle facile de 5,5 km qui circule à travers une forêt très diversifiée. « C’est une destination parfaite pour les débutants, car la piste est large et facile », dit notre experte.

Pour une course plus exigeante, elle se rend avec son partenaire à quatre pattes au sentier riverain qui fait partie du réseau Missisquoi Nord, dont une entrée se situe au Parc-nature à Eastman. Cette sente en bordure de la rivière Missisquoi Nord mène jusqu’au cœur de Saint-Étienne-de-Bolton, une dizaine de kilomètres plus loin. « C’est un sentier rustique, plein de racines et de roches, qui représente un bon défi technique. Il est également très peu fréquenté. Avec nos chiens, on ne dérange personne », dit-elle.

Êtes-vous prêt à rejoindre la meute de canicoureurs?

Articles recommandés

X

Filtres de recherche

X
Expériences gourmandes
Art, culture et patrimoine
Magasinage
Hébergement
Nature, sport et plein air
Restaurants
Routes touristiques
Sorties en famille
Spa et détente