Nature, sports et plein air

Coup de cœur pour le fatbike à Orford

Publié le 23 janvier 2020

Réputé pour son ski de fond, le parc national du Mont-Orford ajoute une corde à son arc : le fatbike. Le parc déploie un réseau de 30 km de sentiers, de débutants à experts. Si vous cherchez à vous initier à ce sport, c’est ZE place.

Par Simon Diotte

Après quelques kilomètres de fatbike sur une piste désignée comme facile, je suis tout trempé de sueur, et ce, malgré un -12 degrés au thermomètre. Je suis exténué et mon cœur est sur le point de sortir de ma cage thoracique! En matière de sports hivernaux, je viens de frapper mon Waterloo.

Après cette courte expérience, j’ai maintenant du respect pour le fatbike, connu aussi sous le nom de vélo à pneus surdimensionnés (VPS). Oui, je l’admets. Pendant des années, j’ai considéré cette nouvelle déclinaison du vélo avec dédain. Rouler sur la neige autrement qu’en motoneige? Ridicule. Encore une invention des fabricants de bicyclettes, me disais-je, pour nous vendre des bébelles. En hiver, il existe déjà le ski de fond, la raquette et le ski alpin. Avait-on besoin de vélos à pneus obèses? Non mais…

Le début d’une histoire d’amour

J’ai quand même accepté de tester la patente dans le passé, surtout pour me convaincre que mes préjugés étaient totalement justifiés. À ma première et seconde expérience, mes certitudes ont été ébranlées, sans toutefois me faire changer d’idée. Toutefois, depuis ma sortie de janvier au parc national du Mont-Orford, je suis tombé en amour avec ce sport hivernal.

Oui, c’est un charme de rouler sur un tapis blanc en forêt. J’ai eu cette révélation en pédalant dans le sentier La Sitelle, une piste débutante dont le point de départ se situe au Centre de découverte et de services Le Cerisier. Cette boucle de 3,5 km ne compte pas de temps mort : monte, descend, monte, descend. Bien que je sois revenu à moitié mort, j’ai trouvé le parcours enivrant.

En mode descente, le slalom entre les arbres procure un sentiment euphorique, sans avoir la crainte de s’écraser comme en ski de fond, où la moindre erreur nous projette au sol de façon peu élégante. En plus de la beauté du vélo de montagne sous zéro, La Sitelle nous en met plein la vue côté paysage, qui change constamment. Forêt mature de conifères dans le premier tiers, puis forêt de bouleaux, étangs et cours d’eau givrés. Seuls mes yeux n’ont pas souffert pendant cette virée!

Après cette courte initiation, tous les muscles de mon corps rouspétaient. J’ai décidé de remiser mon vélo sur neige et de retourner au ski de fond (j’aime tellement la piste 11!). Mais je salive déjà à l’idée d’aller me promener dans les pistes intermédiaires, comme Le Monarque et La Chanterelle; et L’Amanite, la piste extrême du parc, sans mourir d’une crise cardiaque. J’en fais mon défi 2020!


Location sur place

Le parc national du Mont-Orford offre la location de VPS, dont quatre sont de taille enfant. Une sortie en famille, ça vous tente? L’accès au réseau de fatbike coûte 7,50 $ par jour, en plus de droits d’accès au parc. Tout est gratuit (accès et location) pour les enfants de 17 ans et moins.

Simon Diotte

Journaliste indépendant et rédacteur en chef de Géo Plein Air, Simon Diotte est passionné de nature et de plein air. Ses sports de prédilection : le canot, le kayak, la randonnée pédestre et le ski de fond. S’il adore les défis sportifs, il aime aussi profiter des grands espaces en famille avec ses deux filles.
Géo Plein Air

Partagez

0 commentaires

Laissez un message

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

Articles recommandés

Vallée Ruiter : excellent hors-piste en zone protégée
Dans la Mecque du vélo
Marathon plein air à Bromont

#cantonsdelest

X

Filtres de recherche

X
Expériences gourmandes
Art, culture et patrimoine
Magasinage
Hébergement
Nature, sport et plein air
Restaurants
Routes touristiques
Sorties en famille
Spa et détente